Produits Locaux

Le rhum / La Mamjuana / Les bières / Cigares / Peintures / Poupées / Ambre / Le Larimar / La Cuisine / La Musique / Le Café / Le Cacao / Faune et Plantes endémiques

 

Le rhum
Ici on dit "ron", il est omniprésent en République Dominicaine (bars, hôtels, aéroports ...) Il existe 15 fabriques différentes dans le pays.
Les 2 plus connus sont le Barcelo et le Brugal.

 Barcelo :  Fondé en 1930 à Saint-Domingue par Dom Julian Barcelo, un espagnol originaire de Majorque, la fabrique et la distillerie sont de nos jours implantées à San Pedro de Marcoris. En quelques années la marque Barcelo est devenue une référence parmi les marques locales de rhum, devenant l'une des entreprises les plus importantes de République dominicaine. Durant les années 1980, les exportations se sont accrues et l'entreprise a commencé la distribution dans les Caraibes et vers l’Amérique. Le rhum Barcelo est désormais exporté dans plus de 50 pays. Toujours en 1980 rhum Barcelo a créé "Barcelo Impérial", un rhum Dominicain grande réserve. Deux décennies plus tard, il a été élu meilleur rhum au monde, à deux occasions, recevant 97 point sur 100, ce qui est le plus haut score jamais décerné par l'institut de tests américain «Beverage Testing Institute of Chicago ».
Brugal : Fondé en 1888 à Puerto Plata par l’espagnol Andrés Brugal Montaner, le grand-père de l'actuel dirigeant qui avait tout appris à Cuba : la technique du blending, l'élaboration du sucre de canne, la fermentation... De nos jours Brugal est le troisième producteur mondial, et fait partie du prestigieux label D.O.P (l’équivalent des AOC françaises). C’est également le rhum le plus populaire car son prix est très raisonnable, et c'est aussi celui que l’on utilise dans la Mamajuana. Le rhum blanc est le plus jeune, de un à deux ans, le rhum brun est plus âgé (15 ans d'âge avec leur couleur ambre). Il est vieilli dans les tonneaux qui ont servi au fameux vin de Xérès espagnol. Le degré varie de 38° à 43°.
Les rhums Dominicains se consomment généralement avec du coca : Cuba Libre ou avec du sprite : Santo Libre, ou en cocktails comme la Pina Collada (rhum, lait de coco, jus d'ananas et glace pillée), le Daiquiri (rhum, jus de citron et glace pillée), etc Vous pouvez en acheter partout y compris dans les supermarchés.
   

    

La Mamajuana
Ce mélange d’une dizaine d’herbes, de racines, d’écorces, et de bois de gaïac (utilisé en médecine depuis des siècles, appelé aussi ‘bois bandé’ dans les Antilles) est très populaire en République Dominicaine où il est considéré comme un élixir de jouvence aux pouvoirs curatifs aux vertus aphrodisiaques. La Mamajuana est utilisée pour guérir presque tout à condition d’en boire un petit verre tous les jours (et pas plus !).
Les indiens Tainos en buvaient déjà, son nom viendrait des bouteilles appelées Dame-jeanne.
La plupart des restaurants la serve en digestif. Chacun a sa recette originale.
On peut l’acheter déjà toute prête ou en mélange sec à préparer soi-même à la maison : mais Attention il faut être très patient !
Remplissez une bouteille vide et stérilisée, de vin rouge et du mélange à Mamajuana. Remettez le bouchon, laissez macérer deux semaines et videz complètement le liquide car il sera trop amer pour être consommé (on ne fait ce processus qu'une seule fois, la première).
Maintenant remplissez en y ajoutant selon les gouts, 1/3 de rhum blanc ou brun, 1/3 de vin rouge et 1/3 de miel ou de sirop de canne. Laissez macérer minimum un mois, plus si possible.
Plus la Mamajuana vieillit, meilleure elle devient, vous pouvez re-remplir votre bouteille pendant des années avec le même mélange à Mamajuana, elle n’en sera que meilleure.

 

 

 

  

 

 

 

Les Bières
La bière "Présidente " est LA bière de République Dominicaine, c’est une Pilsener qu’on peut la trouver partout dans le pays, elle fait partie de la culture Dominicaine, et se sert très froide (en su vestido de novia = givrée). Existe aussi en version light.
C'est elle qui tient le haut du marché bien avant la Brahma, la Bohemia et la Quisqueya.

 

 

 

 

 

 

 

Les Cigares
Les Indiens Tainos fumaient déjà le cigare ; et, à partir de 1531, les espagnols commencèrent son exploitation commerciale. La 1ere manufacture de cigares Cubains fut créée en 1920, mais dû à l'embargo sur les produits de Cuba, les grandes entreprises Américaines se replièrent sur la République Dominicaine, qui est, désormais, depuis 1994, le 1er exportateur de cigares au monde, avec plus de 600.000 acres de plantations de tabac reparties dans la vallée de Cibao.. Chaque année, plus de 80 millions de cigares sont roulés à la main, surtout par les hommes, qui préfèrent cela au dur labeur des champs.
C'est un très beau cadeau, vous pouvez aussi visiter les manufactures de cigares de la région, et ainsi en acheter des frais, (comme toujours il faut faire attention aux copies et n'acheter qu'en magasin). Pour les amateurs il existe aussi des cigares parfumés à la vanille, au rhum, …

 

 

 

 

 

 

 

La peinture
vous trouverez de nombreuses peintures naïves, il s'agit d'art Haïtien, mais les Dominicains innovent désormais avec des symboles Tainos sur les tableaux. C'est une production de masse, comptez environ 50 USD pour une taille moyenne, et surtout selon l'endroit, n'hésitez pas à marchander.
Pour trouver de la qualité, il faut se rendre dans des galeries d'art et payer le prix en conséquence.

 

 

 

 

 

 

Les Statues Tainos
Les originaux de l’époque Précolombienne qui étaient taillés dans la pierre sont interdits à la vente et ne sont visibles que dans les musées.
Les répliques en terre cuite que l’on trouve dans les magasins de souvenirs sont des cadeaux très originaux à ramener, il en existe de toutes les tailles (de 5cm à 250cm) et bien qu’elles soient généralement noires on peut aussi en trouver des grises, ocres ou bleues.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Poupées Limé
Suite aux nombreuses colonisations il n'y a pas de faciès dominicain particulier, donc les poupées, habillées des costumes traditionnels dominicains, sont toujours SANS VISAGE.

 

 

 

 

 

 

L'Ambre
Ce fossile est extrait dans la partie nord de l'île que l'on nomme d'ailleurs la Costa del Ambar, ou côte de l'Ambre. On y trouve quelques-unes des mines les plus riches du monde.
De cette pierre semi-précieuse se dégagerait des pouvoirs magnétiques et une énergie positive. Elle fut d'ailleurs utilisée autrefois comme amulette contre les influences et les pouvoirs maléfiques. Aujourd'hui, cette pierre d'une couleur "brun laiteux" et parfois transparente est toujours arborée comme porte-bonheur.
Elle peut renfermer des insectes ou des parties de plantes fossilisées. Certaines pièces offrent des inclusions de papillons ou d'insectes vieux de plusieurs dizaines de millions d'années.
Attention aux copies en vulgaire résine.

 

 

 

 

 

 

 

Le Larimar
Une autre spécialité de l'île est le larimar. Pierre semi-précieuse d'une couleur bleu clair, que I'on appelle également "turquoise dominicaine". Jusqu'au début des années 70, elle a été négligée par les artisans. Aujourd'hui, on la trouve exclusivement en République Dominicaine, le plus souvent sous forme de broche, boucle d'oreilles ou bague, sertis dans des montures d'or ou d'argent.
Attention toutefois aux vendeurs à la sauvette, ils peuvent vous proposer des copies moins chères, car en plastique.

 

 

 

 

 

 

 

La Musique
Le merengue, qui est la danse nationale et que l'on peut entendre sur toute les radios, se joue traditionnellement avec un accordéon, un tambour et une “guira” : un instrument métallique qui ressemble à une râpe a fromage.
La bachata, apparue dans les années 60 dans les milieux populaires, se distingue par son rythme plus lent et plus langoureux et est devenue LA variété nationale depuis les années 90.
Le regaeton est la nouvelle danse populaire auprès des jeunes.
Il est préférable d'acheter des CD en magasin car les copies vendues dans les rues sont de mauvaise qualité.
Pour écouter la radio locale depuis votre ordinateur: www.bachataradio.com

 

La Cuisine
Le plat de base “la bandera dominicana” est composé de riz, haricots rouges et poulet. On trouve également les “empanadas” : beignets garnis de produits locaux, le “chivo guisado” : viande de chèvre longuement marinée avec de l'origan et du rhum, le “sancocho” : ragout de 7 viandes et de légumes préparé uniquement le dimanche, c'est une véritable institution; les “chicharrones” : couenne de porc marinée, le “pica pollo” : poulet frit et assaisonné et souvent accompagné de “tostones” : bananes plantains frites, et aussi les “mondongos” : tripes de bœuf ou de porc assaisonnées de citron vert, le “dulce de leche” préparation de lait concentré et de sucre mélangée avec de la noix de coco.
Et bien sur tous les produits de la mer langoustes, crabes, crevettes et poissons.
La production locale permet de manger de savoureux fruits et légumes toute l'année
.

 

Le Café
Pour les amateurs de café, le café Santo Domingo sera un souvenir inoubliable associé aux vacances en République Dominicaine. Les plantations de caféiers se dispersent dans 6 régions principales du pays : le Cibao, Azua, Bani, Ocoa, Barahona et Juncalito, de 600 à 1500 mètres. Chaque zone offre un caractère différent à son café arabica. Les exploitations sont pour la plupart familiales, bio pour la plupart sans être certifiées, et chacune donne beaucoup de son temps pour produire un café toujours excellent. La méthode « humide » est employée pour traiter le grain récolté (lavage et fermentation) ; c'est la plus coûteuse, mais également celle qui génère le meilleur café. Grâce à la stabilité des températures dans le pays, les récoltes se succèdent dans l'année selon les régions.
Les industries Banileja CAFE SANTO DOMINIGO et CAFE INDUBAN sont les plus prestigieuses du pays, 85 % du marché. Depuis des décennies, les Dominicains rythment leur journée par les cafés de cette entreprise. Le goût est encore plus fidèle lorsque le café est fait dans une cafetière italienne. On peut l'acheter partout, moulu ou en grains.

 

 

 

 

 

 

 

Le Cacao
C’est l'une des principales productions agricoles de République dominicaine puisque le pays se classe parmi les dix premiers exportateurs mondiaux grâce à un cacao traditionnel et biologique de grande qualité. De larges étendues de cacaoyers sont cultivées sur l'île, et notamment dans le nord-est, près de San Francisco de Macorís. La culture de cacao biologique a débuté dans les années 1980 en République dominicaine. Aujourd'hui, celui-ci est réputé comme étant l'un des meilleurs au monde. Le cacao biologique est produit sur des terres de qualité, exemptes de tout pesticide ou engrais chimique. Ce produit plus sain est transformé selon les mêmes procédés de fermentation que les autres fèves de cacao.
En outre, d'autres produits semi-finis sont également proposés : liqueur, vin, poudre, beurre de cacao et chocolat.

 

 

 

 

 

 

 

Animaux et plantes endémiques de République Dominicaine
Le climat subtropical de la République Dominicaine a favorisé le développement de plus de 8 000 espèces de plantes, dont 1 800 sont endémiques.
Comme les orchidées, avec plus de 300 variétés,
ou encore les palmiers, dont le palmier royal typique de Punta Cana.
La très rare Pereskia Quisqueyana, fleur de Bayahibe découverte en 1977,
de nombreux oiseaux dont les plus fameux sont :
Le Cotica (ou Cotora) un perroquet vert très sociable qui est la mascotte nationale,
Le Gavilan, une buse dominicaine en voie d’extinction,
La Cigua Palmera, un oiseau palmiste, gai et bruyant souvent perché en haut des palmiers
Le Boa de la Hispaniola, inoffensif comme les autres serpents de l’ile
L’Iguane rhinocéros, caractérisé par des écailles cornues sur le museau et le coté de la tète
De nombreuses grenouilles et petits lézards, ainsi que des tortues et bien sur des insectes.

 

Autres souvenirs à rapporter : les objets en cuir, la vanille liquide, les confitures, la mangue séchée, etc

N’hésitez pas à marchander sur les prix, cela fait partie de la tradition.